Opinions

Une nouvelle responsabilité

Le débat démocratique, réponse à un projet européen menacé


Thomas Oppermann, Bruno Le Roux & Ettore Rosato


Dans un contexte où il semble désormais inévitable de repenser le projet européen, Bruno Le Roux, Thomas Oppermann et Ettore Rosato font part de leurs ambitions pour l’Union européenne en insistant sur l’importance de renforcer le débat démocratique. Le lancement du site internet “Progressive Europe” s’inscrit dans cette volonté d’intensifier le dialogue et la coopération entre groupes parlementaires socialistes et sociaux-démocrates des États membres.


Le vote du peuple britannique en faveur du Brexit le 23 juin dernier marquera l’histoire du continent. Cet évènement nous interpelle, nous citoyens européens, au moins autant que les citoyens britanniques. Même si le résultat du référendum peut s’expliquer à maints égards par l’histoire et la culture britannique, il constitue un symptôme de l’état général des opinions vis-à-vis de de la construction européenne. Dans les négociations à venir avec le Royaume-Uni sur ses futures relations avec l’UE, il est de la plus grande importance pour l’UE à 27 de parler d’une seule voix et résister aux tentatives de bâtir une relation à la carte. L’accès au marché intérieur n’est possible que si les libertés fondamentales de l’UE sont pleinement respectées. Le Brexit marque néanmoins sans aucun doute le début d’une inéluctable refonte ou réorientation du projet européen. Il nous appartient à nous dirigeants socialistes et sociaux-démocrates d’en déterminer le sens et la direction.

Nous, Présidents de groupe parlementaire avons une responsabilité particulière nouvelle. C’est plus que jamais à travers l’accroissement du débat démocratique entre nos groupes parlementaires que nous parviendrons à construire des ponts entre nos débats publics nationaux respectifs, accroître la compréhension mutuelle des enjeux et des intérêts de nos partenaires, et contribuer ainsi à forger des compromis durables et de long terme à la hauteur des défis actuels.

C’est plus que jamais à travers l’accroissement du débat démocratique entre nos groupes parlementaires que nous parviendrons à construire des ponts entre nos débats publics nationaux respectifs.

En effet, nous sommes parvenus aujourd’hui aux frontières de l’intégration politique de l’Europe où les domaines où la coopération doit être renforcée relèvent essentiellement des prérogatives régaliennes de l’Etat (Budget, fiscalité, politique étrangère, défense). Ces dernières doivent être préservées. Mais, ces compétences exigent aussi une forme de coordination beaucoup plus poussée. C’est cette réalité qu’il faut désormais mettre en forme, dans la pratique. Les parlements nationaux constituent en quelque sorte le chaînon manquant de la construction européenne. C’est celui qui permettra que la souveraineté puisse être exercée en commun – notamment en vue de réguler la mondialisation- pour être recouvrée. Nous voulons dans le même temps intensifier la coopération avec le Parlement européen et renforcer son rôle dans le processus décisionnel européen.
C’est dans cet esprit que le site internet « Progressive Europe » se propose d’œuvrer pour favoriser l’émergence d’un espace public européen et permettre aux groupes parlementaires socialistes et sociaux-démocrates de devenir partie prenante au devenir de l’Union.

C’est dans cet esprit que le site internet « Progressive Europe » se propose d’œuvrer pour favoriser l’émergence d’un espace public européen et permettre aux groupes parlementaires socialistes et sociaux-démocrates de devenir partie prenante au devenir de l’Union.

L’année 2017, qui coïncidera avec l’anniversaire des 60 ans du Traité de Rome, doit être certes l’occasion de faire le bilan de plus d’un demi-siècle d’intégration communautaire mais surtout également d’approfondir l’Union sans cesse plus étroite entre les peuples de l’Europe. C’est ce à quoi nous nous engageons.