Conférence des présidents Communiqué

Les députés progressistes des parlements européens ensemble à Paris

Les Présidents des groupes parlementaires socialistes et sociaux-démocrates se sont rencontrés pour la deuxième fois


Social democratic and socialist Presidents in Paris © Frédéric Pitchal


Les lundi 12 et mardi 13 septembre 2016, le groupe parlementaire des socialistes français à l’Assemblée nationale a organisé à Paris la deuxième Conférence des présidents de groupes parlementaires socialistes et sociaux-démocrates des parlements nationaux européens. Au cours de ces deux jours de conférences, les parlementaires ont débattu et formulé des propositions relatives au futur de la zone euro et de l’Union européenne.


« Progressive Europe », c’est la devise qui a été choisie pour désigner ces rencontres parlementaires. Réunis à l’Assemblée nationale, les Présidents des groupes parlementaires ont échangé leurs points de vue sur une intégration approfondie de la zone euro et de l’UE après le Brexit. Ils ont également fait des propositions afin de « remettre l’Europe sur les rails », selon la formulation utilisée par Bruno Le Roux, Président du groupe parlementaire socialiste français, dans son discours introductif. Alors que l’Europe doit lutter contre la montée du populisme, les progressistes ont la « responsabilité historique de s’exprimer et d’initier le renouveau du projet européen », a-t-il affirmé.

Une alternative progressiste pour l’Europe

Suite à la prise de parole de Thomas Oppermann, Président du groupe parlementaire du SPD au Bundestag, plusieurs Présidents ont critiqué « la politique des très petits pas », qui selon Oppermann caractérise l’approche conservatrice et ne permet pas d’atteindre les objectifs définis.

Thomas Oppermann a également critiqué le fait qu’une taxe sur les transactions financières n’ait pas encore été mise en œuvre à l’échelle européenne, malgré le soutien massif des citoyen-ne-s européen-ne-s. « La zone euro et l’UE auront un futur uniquement si les socialistes et sociaux-démocrates redeviennent le moteur de l’intégration », a ajouté Oppermann.

« Chaque pas vers une intégration approfondie de la zone euro doit être accompagné d’avancées dans la mise en œuvre de règles fiscales communes et dans le développement d’une union sociale, reposant sur sur des standards minimaux communs. »

Des initiatives pour la jeunesse

Représentant le gouvernement français, Harlem Désir, le Secrétaire d’État aux affaires européennes, a insisté sur les priorités absolues de l’UE : la capacité de défendre et d’assurer sa stabilité, le soutien à la croissance afin de protéger l’économie européenne dans un contexte de mondialisation, ainsi que la lutte contre le chômage des jeunes.

Les parlementaires ont discuté de ce dernier point avec des organisations européennes de la jeunesse, telles que l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Ils ont abordé plusieurs problématiques d’actualité en Europe, dont notamment le taux de chômage des jeunes, qui atteint en moyenne 20%, ainsi que le désespoir d’une génération partiellement attirée par les mouvements nationalistes. La Conférence a été conclue par une déclaration en faveur d’un Passeport Européen pour la Jeunesse, qui sera soumis aux chefs d’États ainsi qu’au Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors du Sommet de Bratislava. Ce passeport est destiné aux jeunes européens et vise à leur offrir plus d’opportunités et un meilleur accès aux expériences de mobilité.

D’autres mesures ont été avancées, comme la mise en place d’un Fonds européen pour l’amélioration des chances pour la jeunesse. Laurette Onkelinx, la Présidente du groupe PS à la Chambre des Représentants belge, s’est exprimée en faveur du maintien de la Garantie pour la jeunesse, qui a conduit en Belgique à une baisse importante du nombre de chômeurs.

Une plateforme en ligne pour améliorer le processus de travail

Pour renforcer la coopération au-delà des conférences ayant lieu deux fois par an, Thomas Oppermann et Bruno Le Roux ont présenté la plateforme en ligne #ProgressiveEurope, où les représentants des groupes parlementaires progressistes pourront continuer à travailler, échanger, formuler des propositions et évaluer ensemble leur action. Convaincu que dans ces temps difficiles, une coopération étroite et des échanges poussés sont plus importants que jamais, Thomas Oppermann a invité ses collègues à Berlin pour la prochaine conférence #Progressive Europe.


Captation audio de l’entretien avec Thomas Oppermann et Bruno Le Roux pour le lancement de la plateforme #ProgressiveEurope :


Le programme de la conférence est téléchargeable ici.

Le discours de Thomas Oppermann est disponible ici (en anglais).